Thoughts about Artificial Intelligence

  • La révolution de l'intelligence artificielle

    People

    La révolution de l'intelligence artificielle
    L'intelligence artificielle promet de disrupter, révolutionner, refondre toute l'économie et le marché de l'emploi. Infos ou intox ?
  • Automates

    Automation

    Automates
    Les automates sont la forme primaire de l'intelligence artificielle. Bien qu'ils ne constituent pas la forme la plus avancée d'IA, ils prennent en charge des tâches basiques, jadis effectuées par des humains.
  • Machine Learning et Deep Learning

    Data

    Machine Learning et Deep Learning
    Le Machine learning est presque l'exclusivité de Google, Facebook, Amazon et des laboratoires d'université.
  • Agents Intelligents

    Intelligence

    Agents Intelligents
    Les agents intelligents correspond à ce que nous avons en tête lorsque nous fantasmons sur l'intelligence artificielle.

Nous assistons à de nouveaux débats sur l’intelligence artificielle (IA) depuis le début des années 2010, selon un entrepreneur expérimenté, Hassan Hachem. Théorisé pour la première fois en 1956, ce concept a été originellement fondé par le scientifique John McCarthy à l’université de Dartmouth dans la région du New Hampshire, aux États-Unis. Aujourd’hui, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) investissent chaque année des milliards de dollars dans ce secteur dans le but d’optimiser une partie de leurs activités. Initiative assez pertinente, puisque les spécialistes sont unanimes, la prochaine décennie sera celle de l’IA, avec un impact de 1 % à 2 % sur le produit intérieur brut. Espérons qu’ils aient raison, souligne Hassan Hachem, non sans un brin d’ironie, rappelant que la révolution de l’intelligence artificielle a été annonée à trois repises dans le passé. Beaucoup d’experts sont formels sur la nouvelle sémantique à adopter, nous sommes à l’aube de la « 4ème révolution industrielle », symbolisée par des programmes et algorithmes de plus en plus complexes.
A la lumière de l’Histoire, et particulièrement des dernières révolutions industrielles, les précurseurs ont très souvent été Européens ou Américains, voire Asiatiques. Mais très peu Africains. L’Afrique a-t-elle une chance de se hisser aux premiers rangs de cette révolution de l’intelligence ?

Depuis deux ans, parler d'intelligence artificielle est devenu incontournable pour briller durant les meet ups, les ptichs investisseurs ou encore en comex. Pourtant, les personnes qui en parlent et qui comprennent vraiment de quoi il retourne sont encore moins nombreuses que celles qui comprennent le réel fonctionnement de l'algorithme de Google.

Les robots pourraient bien permettre de résoudre une problématique qui touche tous les économies avancées: le vieillissement de la population qui menace à la fois la croissance et la productivité de nos économies. La Chine qui n'est pas épargnée, mobilise des moyens colossaux pour automatiser l'ensemble de la logistique des entrepôts des géants de l'ecommerce.

L'IA peut, tout d'abord, permettre d'automatiser certaines tâches : ces automates peuvent être les robots dans les usines qui découpent, assemblent, contrôlent la qualité des éléments.

Les vendeurs d'intelligence artificielle promettent des lendemains qui chantent alors qu'aujoud'hui, les systèmes de deeplearning mettent des mois pour apprendre à reconnaître un chat sur une image. Jean-Claude Heudin, directeur de l'Institut de l'Internet et du Multimedia et chercheur en intelligence artificielle depuis la fin des années 1980, présente une vision critique du potentiel de l'intelligence artificielle.

Les frontières entre les films de science fiction, la réalité technologique d'aujourd'hui et les futures possibles, devenant de plus en plus floues dans l'esprit du grand public, une idée s'est répandue entre 2012 et 2016: une intelligence artificielle va émerger, sera infiniment supérieure à l'être humain, s’émanciper et n'aura plus besoin de l'être humain. Cette vidéo d'un véritable expert de l'intelligence artificielle remet les choses à leur place.

Intégrés dans l'économie, petit à petit de façon désorganisée à l'initiative de disrupteurs ou de façon plus planifiée par de grandes entreprises, automates, systèmes apprenants, agents d'analyse et assistants ont donc le potentiel pour faire évoluer de façon significative le système productif et enfin générer les gains de productivité que l'on attend depuis trente années de la révolution digitale et qui n'arrivent pas. Car c'est peut-être le principal enjeu qui se cache derrière l'intelligence artificielle : faire suffisament progresser la productivité pour ouvrir un nouveau cycle de croissance à une époque où les économistes discertent sur la possibilité d'une stagnation séculaire.

Dès aujourd'hui, de nombreuses sociétés qui n'emploient pas les bataillons d'experts du deep learning de Google, peuvent développer ce type d'applications inspirées de l'intelligence artificielle, permettant d'augmenter la valeur de leur service ou d'optimiser des process, des actions de développement ou des variables de gestion.